FANDOM



C'est dans les contrés de Dun Morogh que prend forme l'histoire de la naissance de l'enfant prodige, un jeune nain que personne n'aurait soupçonné d'être un jour ce qu'il est maintenant

<Brolgh était dans la forge des Grisenbarbe comme à son habitude, à forger des armes et armures ainsi que d'autres commandes>

Ces dîtes-commandes étaient nombreuses mais les Grisenbarbe étaient très reconnus pour leurs forges bien que leurs prix ne soient pas donnés, si les guerriers ou autres personnes souhaitant du métal forgé voulaient un matériel de qualité il fallait passer commande chez les Grisenbarbe.


<C'est alors que Grishka entre à toute vitesse dans la forge de Brolgh en s'écriant, mais bien sûr Grishka était une femme forte, elle était une femme à la poigne de titan, elle n'était point apeurée, elle était surtout pressée.>

« -B'lolgh, not'le petit vient ! Je vais accoucher ! Il faut aller t'louver les médecins, vite ! »

<Brolgh relâche alors immédiatement son marteau qui produit un bruit sourd lorsque le métal qui orne la cime de celui-ci rencontre le sol en pierre de la forge, il se tourne alors vers sa compagne avec un visage rassurant>

« -Bien, nous pa'ltons su'l le champ, pas de temps à pe'ld'le, allons, allons ! »

<Le couple s'empresse alors de se diriger vers l'endroit convenu il y a déjà longtemps pour le dit-accouchement, Brolgh ira après avoir conduit sa femme dans la chaumière prévue et installée dans le lit, chercher les médecins qui feront accoucher cette dernière, une tâche ardue qui durera bien longtemps>

« -Médecins, ma femme accouche nous avons besoin de vos se’lvices ! Je vous mènel’ai à son chevet, mais hâtons nous le t’lavail commence déjà. »

« -Bien, nous n’avons pas plus de temps à pe’ld’le hâtons-nous ! »


Les médecins partent donc accompagnés et menés par Brolgh Grisenbarbe qui soufflera durant sa course dans le cor des Grisenbarbe qui résonnera dans tout Forgefer prévenant alors de l’arrivée d’un nouvel enfant dans la famille Grisenbarbe, c’est alors qu’Olga et Kazdrin encore très jeunes entendent la mélodie du cor résonner, ils relâchent tous deux leur pioche et se ruent vers l’endroit qui était convenu pour assister à l’arrivée de leur frère.


« -Alo’ls Olga, p’lête à accueilli’l un nouveau fl’è’le ? »

« -Oui, Kazd’lin, je suis p’lête, mais tu fe’las attention à lui j’espè’le, sinon je me cha’lge de toi, et à ma maniè‘le. » <Esquissant un large sourire>

« -Comme toujou’ls tu sais fai’le p’leuve de diplomatie, tu dois teni’l de maman. » <Kazdrin relâche un soupçon de rire entravé par une certaine peur de sa sœur.>

En effet, Kazdrin savait bien qu’il n’avait aucune chance de vaincre Olga dans un duel singulier à l’art du pugilat, elle le surpassait, et de loin, elle était ce que lui n’était pas, elle était une prodige, elle était un génie, lui devait s’entraîner nuit et jours sans relâche pour l’égaler, mais conservait tout de même un net retard par rapport à son ainée.


« -Tu peux l’i’le autant que tu le souhaites Kazd’lin mais nous connaissons l’un comme l’aut’le l’issue finale d’un combat ent‘le nous, alo’ls, ne me p’lovoques pas. » <Elle sert les poings et prend une mine sérieuse voire même effrayante en fixant son jeune frère qu’elle entraîne tous les jours après son entraînement avec son maître>


C’est alors qu’ils arrivent non-loin du lieu de rendez-vous alors que Kazdrin envoie dans une fourberie dont lui seul avait le secret sa jambe droite balayer le pied encore en course de sa sœur Olga afin de la faire chuter au sol et d’arriver à toute vitesse au point de ralliement afin d’éviter un éventuel combat, car oui, Kazdrin n’avait sans doutes aucune chance face à Olga, mais Olga ne se risquerait pas à se battre contre Kazdrin devant Brolgh, tous deux redoutaient la puissance de leur père, il restait un guerrier hors du commun qui savait juger la force et la faiblesse de ses ennemis d’un simple regard, et son métier de forgeron ainsi que son expertise lui permettait de voir les parties faibles d’une armure, il était donc même capable de sortir victorieux d’un combat contre des guerriers aguerris, et il fournissait des entrainements aux soldats de Forgefer.


« -Ahahah et voilà Olga, tu as l’elâcher ta ga’lde !» <Il s’élance donc à toute vitesse en avant alors qu’Olga chute lamentablement ne s’étant pas attendue à un coup aussi fourbe>

« -Tu es bien t’lop naïf, tu joues fou’lbe depuis bien t’lop longtemps, je me suis entr’aimée à te cont’ler.» <Elle se rattrape alors sur ses mains d’un geste rapide et précis appuyant sur ses bras afin de rebondir sur ces derniers, effectuant alors une pirouette afin de revenir sur ses pieds>

« -Tu ne me l’att’lape’las pas !» <Force sur ses jambes alors qu’il avance à toute vitesse, il est sans doutes poussé par la peur>

« -Naïf, enco’le… Tu me déçois Kazd’lin ! » <Alors qu’elle retombe sur ses pieds elle effectue une grosse pression sur ces dernières afin de s’élancer dans un sprint d’une vitesse incommensurable détalant sur plusieurs mètres à une vitesse fulgurante rattrapant peu à peu Kazdrin alors qu’il fonce vers le point de rendez-vous>

« -Ahah j’y suis p’lesque, elle ne m’au’la pas !» <Kazdrin jette alors un coup d’œil par-dessus son épaule et voit une naine tête baissée qui s’élance dans un sprint, Kazdrin écarquille alors les yeux> 


Olga n’était pas capable d’un telle prouesse il y a encore quelques temps, s’était-elle entraînée en secret ? Ou était-ce simplement de la hargne et une folle envie de faire la peau à son frère pour ce coup digne de la fourberie des plus couards qui puissent exister ? Nul ne le savait mais ce dont on était sûrs c’est qu’Olga était déterminée et que la vitesse de sa course au rythme de sa respiration qui ne faiblissait pas exprimait une grande force et une endurance certaine et qu’elle avait sans doutes développé encore bien des talents.


« -Elle me l’att’lape ! » <Kazdrin se met alors à tenter d’aller encore bien plus vite, les derniers mètres se trouvant face à ses yeux, il semblait toutefois faiblir>


En effet, les différentes émotions qui parcouraient son corps avaient perturbé son souffle, sa respiration n’étant plus régulière, ses muscles avaient perdu en force, il s’était alors affaibli, alors que sa course ralentissait mollement, Olga, elle, s’approchait à grands pas.


« -Su’l ta gauche ! -S’écria Olga d’un ton sec et bref » <Elle sauta immédiatement sur la gauche et d’un geste vif et agile elle utilisa sa jambe gauche qu’elle avait placé de façon à pouvoir rebondir, elle se retrouve donc à faire pression sur cette dernière avec une grande force se retrouvant alors sur la droite de Kazdrin, le geste était si vif que même les yeux de Kazdrin ne purent suivre un tel mouvement>


Autant dire qu’Olga s’était vraiment entraînée, elle n’avait ni agilité, ni réelle vitesse il y a encore quelques semaines elle peinait encore à se lancer dans de longues courses de vitesse, mais visiblement, elle avait même surpassé Kazdrin dans ce domaine.


« -Qu-… » <Kazdrin ne comprit pas sur le coup Olga était passée beaucoup trop rapidement du flanc gauche au flanc droit, il était dépassé>

« -Pe’ldu mon jeune f’lè’le. » <Exclamant cela d’une manière claire et distincte, elle balaye alors son frère afin de la faire tomber à la renverse vers l’arrière tandis que cela se produit elle amène son bras gauche rencontrer l’omoplate droite de celui-ci afin de l’éjecter vers la gauche et qu’il roule sur le sol, après quoi elle continuera sa course jusqu’au lieu de rendez-vous>


Brolgh attendait visiblement depuis déjà quelques minutes, son visage était illustré par des traits joyeux mais il tentait de les masquer par un profond mépris envers sa progéniture, il regardait Olga d’un air inquisiteur, visiblement elle allait devoir répondre de ses actes, il leva alors simplement la main, Olga savait ce qu’allait faire son père mais elle continua de le fixer, inerte, dans les yeux, ne laissant son visage ne s’illustrer d’aucune peur, d’aucune crainte, la main de Brolgh vint rencontrer la joue d’Olga, un claquement se laissant entendre résonna dans les cavernes de Forgefer, la trace encore rougeôyante sur la joue d’Olga faisait sentir la fureur de Brolgh, en effet ils avaient au moins 15 minutes de retard, Brolgh attendait que Kazdrin n’arrive, lorsque celui-ci arriva, la même punition lui fut donc infligée, les deux enfants restèrent inertes, n’exprimant aucune peine, aucune douleur, ils fixèrent leur père et s’inclinèrent simplement devant lui en signe de respect et présentèrent leurs excuses pour leur retard, après quoi Brolgh leur dit distinctement.


« -Toutes nos excuses pè’le, nous avons du l’etar’ld, cela ne se l’ep’lodui’la plus jamais. » <D’une voix claire et bien audible venant des deux à l‘unisson>

« -Ce se’la deux semaines à la mine pou’l m’avoi’l fait attend’le, vous n’au’lez que le st’lict minimum, vous app’lend’lez le l’espect, vous êtes des G’lisenba’lbe, pas n’impo’lte qui ! » <Il était visiblement mécontent>


Toutefois, il aimait savoir que ses enfants se surpassaient afin de devenir forts et qu’ils faisaient tout pour se surpasser l’un et l’autre, il savait que tôt ou tard ils feraient sa fierté et qu’ils défendraient l’honneur de la famille, et du clan.


« -Allons-y, vot’le mè’le nous attend. » <Il fait alors volte-face vers la maison, sa cape s’élança alors produisant un vent frais en direction des deux nains>


La douce brise produite par la cape de Brolgh vint alors caresser le visage des protagonistes, les deux enfants étaient en effet fatigués et essoufflés par la folle course qu’ils avaient entrepris afin de rejoindre leur père lors du résonnement du cor des Grisenbarbe, ils avaient le front qui parlait de sueur, d‘importantes gouttelettes chutaient au sol produisant de léger bruits cristallins tandis que leur souffle se faisait rapide et qu‘ils avaient besoin de beaucoup d‘oxygène afin de reprendre leurs esprits, cependant, profitant un léger instant de la brise fraîche produite par la cape de leur père, ils suivirent tout de même celui-ci à l‘intérieur, les cris de leur mère étaient audibles à à peine cinq mètres de mètres tant l‘accouchement était douloureux, mais que tout le monde savait de la mère Grisenbarbe qu’elle était une force de la nature, elle résistait très bien à la douleur.


« -Nous voilà G’lishka, les enfants ont mis du temps, je les ai puni pou’l leu’l insolence. » <Brolgh vient se placer aux côtés de sa femme alors qu’elle donne naissance à leur enfant, il lui attrape la main et vient à plusieurs reprises essuyer le front en sueur de celle-ci>

« -Pa’ldonnez-nous mè’le. » <Les enfants viennent ensuite se placer aux côtés de leur mère, sans passer par l’endroit où les médecins se trouvent se plaçant donc au côté droit du lit tandis que Brolgh lui est à gauche>

« -Continuez Dame, l’enfant commence à so’lti’l ! » <Les médecins s’exclament sans retenue ne calculant pas les arrivants, à vrai dire ils n’en ont pas réellement le temps ni l’occasion>

<Grishka pousse alors d’un coup, son souffle s’arrête net, l’enfant sortant peu à peu, elle reproduit ceci plusieurs fois en coordination avec les indications des médecins>


C’est après plusieurs heures d’un travail difficile et non sans douleurs que l’enfant se verra sortir du ventre de sa mère, celle-ci soulagée et heureuse d’être mère d’un troisième enfant, le cordon sera coupé par le père lui-même alors qu’un médecin viendra gifler l’arrière-train du nouveau-né qui lâchera un gémissement accompagné d’un cri puis s’en suivront quelques pleurs, les enfants heureux d’avoir un nouveau frère viendront accompagner les médecins, ceux-ci demanderont d’un regard inquisiteur l’accord à Brolgh qui acquiescera d’un mouvement de tête simplet, les médecins s’exécuteront alors donnant l’enfant aux deux enfants, plus particulièrement à Olga, l’ainée, qui apportera l’enfant à sa mère, contente de pouvoir tenir son petit frère en première, elle regarda son père, folle de joie, ainsi que sa mère lorsqu’elle lui tendit l’enfant, toujours tout sourire, sa mère elle aussi rayonnait malgré l’accouchement, sa mère rayonnante était réellement magnifique, elle espérait un jour devenir comme sa mère, elle en serait fière et honorée.


« -Tenez mè’le. » <Dit Olga en tendant le nouveau-né enveloppé dans un linge à sa mère>

« -Me’lci mon Olga. » <Lui dit sa mère, adressant un large sourire à celle-ci avant de prendre l’enfant et de venir se blottir contre Brolgh qui pu alors lui aussi admirer celui-ci>

Les parents étaient visiblement enjoués, alors qu’ils profitaient de l’instant, Olga et Kazdrin sortirent de la chaumière pour se diriger au centre de la ville annoncer la nouvelle dans tout Forgefer, bien qu’ils étaient encore fatigués et essoufflés par leur précédente course, cette fois-ci il n’y aurait ni bagarre, ni course d’endurance, ni coup fourré, ils étaient bien trop heureux d’avoir un petit frère, ils s’en vantèrent avant tout à leurs maîtres respectifs, avant de se rejoindre et d’aller l’annoncer dans les différents quartiers de Forgefer, le père lui, devait aller faire inscrire son fils dans le registre des nouveaux nés afin qu’il soit reconnu et qu’il ait un nom légitime ainsi que son affiliation, il devait aussi lui trouver un maître le plus tôt possible afin que lorsqu’il pourrait marcher, il puisse apprendre le plus rapidement possible la maniement des armes.


Vint alors la fin de la journée, tous rentrèrent à la maison avec l’enfant, une famille enjouée qui n’avait rien à envier à personne, les enfants avaient accepté la punition qui devrait commencé dès demain, la mère s’occupait de son fils, et le père lui allait à la chasse et s’occupait d’entraîner les jeunes recrues de l’armée, leur vie était paisible, simple, mais elle était une vie de bataille, une famille de guerrier, et c’est ce qui allait attendre l’enfant qu’ils avaient décider de nommer, un nom qui allait bientôt résonner dans le cœur de beaucoup de personne, un nom qui ferait bien des miracles, un nom qui représenterait la fierté des Grisenbarbe.


« -Mè’le, comment l’avez-vous nommé ? » Demanda Olga.

« -Nous avons décidé de le nommer Th’lô’len. » Dit-elle en regardant ses enfants.

« -C’est un beau p’lènom mè’le, je suis ce’ltain qu’il fe’la un g’land gue’llier. » Répliqua alors Kazdrin.

« -C’est un G’lisenba’lbe cela ne fait aucun doute, nous sommes tous de g’lands gue’lliers. » Affirma Brolgh.

« -En effet, mais pou’l le moment c’est un bébé. » Dit la mère en s’approchant du berceau de pierre fabriqué par Brolgh lui-même qui avait fait venir des inscripteurs runiques qui avaient tracé quelques runes de protection autour de celui-ci.

Ainsi s’achève donc la naissance du nouveau né, son nom est Grisenbarbe, sa fierté, sa famille, son clan sont les Barbe-de-Bronze, son prénom quant à lui, il est simple, mais il résonne à travers beaucoup de bouches et de cœurs de nos jours, c’est Thrôren.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard